M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5 « Prisonnière pour combien de temps ? »

La fin du chapitre précédent :
Le lustre bougeait lentement au-dessus de l'escalier... Je m'avançais intrigué et pétrifié. Mes pas s'enchaînaient lentement, trop lentement... Mon souffle se faisait entendre de plus en plus fort. Deux bras m'entourèrent la taille. Mes pieds décolèrent du sol en un rien de temps. Mon estomac fit un tour sur lui-même. Mon esprit n'eus pas le temps de réagir que déjà on m'empêchait d'hurler à la mort. Je ne pouvais plus bouger, j'étais prisonnière de cet homme. Mes cries désespérés étaient étouffaient. Il me tirait en arrière. Mes pieds battaient de l'air tellement que j'en eu des vertiges.
Soudain un bruit de porte retentit et me mit aussitôt en alerte ! Je ne pouvais plus penser ni émettre le moindre son. Mon assaillant nous transporta derrière l'escalier me plaquant sur lui et me cramponna pour que je n'aie plus aucune chance de fuir. L'homme se déplaçait si silencieusement que mes derniers espoirs s'écroulèrent. Même le bruit de la porte sous l'escalier restait muet. Il me plaqua de nouveau de sorte que je ne puisse bouger et referma la porte.
Des pas se rapprochaient de nous en même temps que mon esprit quittait mon corps petit à petit. Je le distinguais : le deuxième homme... Ma vue était devenue flou... Je n'arrivais plus à penser la moindre syllabe... Et tout devint noir.

 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

 
Pdv normal
 
Une lumière vive m'aveugla quand j'ouvris les yeux. Une silhouette sombre était installée devant moi... Je n'arrivai pas à la voir, elle était dans le coin non illuminé de la pièce. C'est là que je découvris que mes mains étaient liées dans le dos. Ça me faisait souffrir le martyre... J'essayais de les enlever et bien sûr je n'y arrivais pas... Mes bras me faisaient un mal de chien, c'est là que je remarquais que du sang s'écoulait sur le sol.
Je suis où ?
Ça me saoule mais royalement !
Je veux partir de là...
Je veux Castiel...
J'étais au bord des larmes, perdu à jamais... Je voulais ne pas être là, mais où étais-je d'abord ?
La peur commença à m'envahir et ce fut encore pire qu'avant, je n'avais plus les idées clair... Il fallait que je me calme mais comment faire en étant dans cette état, c'était comme si je revivais ce que ma tante m'avait fait : la marque au fer... C'était affreux ce jour-là ! Mais tellement...
Je ne veux jamais revivre ce que j'ai vécu ! Pourtant ça y ressemble étrangement...
 
Pdv Debrah
 
J'étais installée sur une chaise en face du bureau de « réunion » de notre groupe.  A côté de moi se tenait David, pour une fois il avait réussi quelque chose dans sa vie ! Bryan nous avait demandé pour je ne sais quelle raison.
-         Je te félicite David pour enfin avoir gagné une de tes missions, disait Bryan...
David lui lança un regard noir mais reprit un grand sourire,
-         Ce qui veut sans doute dire que je réussirais tout dès à présent.
-         Je ne serais pas si sûr de moi si j'étais toi, lui faisais-je remarquer, on ne sait jamais peut-être que tu vas tomber dans un lac à la prochaine...
-         Ne te moques pas de moi, ce n'était pas ma faute, c'était celle de cet abruti en chaussettes jaune !
-         Bon reprenons, nous interrompis soudain Bryan, Sarah va se charger de Mélanie avec sans doute Noelia et Marvin, je lui ai demandé de faire qu'elle ne la voit pas, elle serait choquée, la pauvre petite, dit-il avec un sourire, en tout cas je te remercie ma chère Debrah d'avoir sut où allait la fille et d'avoir prévenue cet idiot assit à côté de toi, continua-t-il en faisant un geste de la main vers David.
-         Oui, merci, lui dis-je sans trop le penser.
-         Ce n'est pas que je ne t'aime pas mais Debrah si tu pouvais nous laisser maintenant je dois donner une nouvelle mission à David et je crois que toi, tu as encore beaucoup de choses à faire avant quelle ne sois terminée...
Je me levais, le salua, et sortis pour continuer de remplir ma mission...
Si seulement je pouvais tuer cette peste de Mélanie moi-même ! Putain je les haïs !
 
Pdv normal
 
La silhouette se mis à marcher dans ma direction ; ma peur se réveilla... De loin je distinguais une fille, puis je la distinguais très bien une fois devant moi, elle devait avoir 16 ans tout au plus... Elle était blonde, mince mais grande en étant un peu musclé. Elle était très jolie avec ses yeux verts de vipère. 

 
 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

 

-         Alors Mélanie, on fait quoi ? Je te dis d'abord qui je suis où ce que tes sortes d'amis sont ?
Hein ??  Je n'y comprenais rien, on m'avait foutu la peur de ma vie, kidnappée et là, elle me demande de quoi je veux discuter ?
-         N'aie pas peur, reprit-elle, je ne te ferais rien en tout cas pas moi, je ne suis pas comme ça...
... J'ai pas tout compris là...  
Elle prit une chaise et s'installa en face de moi comme ci le faite que j'étais attachée n'avait aucune importance.
-         Bon vu que tu es muette comme une carpe je vais déjà me présenter, je m'appelle Noelia et j'ai 127 ans.
Quoi ??? Elle plaisante sûrement là... 
-         Oui, dis comme ça, ça parait improbable surtout que personne ne t'as jamais dis qui tu étais.
-         Mais je sais qui je suis tout de même !
-         Je ne crois pas non.
-         Alors dis-moi, soufflai-je.
-         Tu es Mélanie Perrin, la dernière d'une longue lignée de sorcière et sorcier.
-         Tu rigoles là ?
-         Non... Regardes, elle tendit ses main et fit apparaître  de petites flammes...

 
 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

 
Mais c'est trop what the fuck! Je suis en train de rêver, oui c'est ça, je rêve et je vais me réveiller.
Je fermais mes yeux 30 secondes environ mais quand je les rouvris j'étais toujours là, dans ce putain de merdier !
-         Ça suffit maintenant ! Arrête de faire comme-ci tu étais gentille, lui sermonna un gars venu de derrière elle.
Je fus surprise, je ne l'avais pas remarqué.
Il prit une bouteille d'alcool et la but d'une traite...


M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »
 

 
-         Elle a le droit de savoir qui elle est !
-         Peut-être plus tard.
-         Marvin ! Ce n'est pas juste.
-         Si, au contraire, au moins elle ne va pas souffrir de la vérité, tu sais dès fois c'est mieux d'être dans le mensonge.
-         Oui, mais je trouve que tout le monde a quand même le droit de connaître la vérité.
-         Si tu le dis...
-         Hé ! Les interrompis-je, vous pourriez m'expliquer ce qu'il se passe parce que pour l'instant j'ai étais kidnappée, attachée, et je ne comprends toujours pas comment elle a pus faire apparaître des flammes de sa main, alors à moins qu'il y ait une caméra cachée je ne vois pas...
-         Tu comprendras le moment venu, m'indiqua Noelia.
-         Hein ?? Mais, non ! Je veux savoir maintenant !
-         Ecoute petite, me dis soudain Marvin, ça va bien se passer on ne te veut aucun mal, enfin sauf si tu fais le mauvais choix, ce qui est très probable d'ailleurs... On t'a bien observé c'est temps-ci, et je peux te dire que ton copain, Castiel je crois, te caches énormément de choses.
Castiel ? Mais, d'où il le juge, il ne le connait même pas ! Je suis sûr d'une chose : Castiel ne me cacherai jamais rien...
C'est là qu'elle me regarda intriguée avant de reprendre à son coéquipier :
-         Il aurait pu le faire sans l'amocher tout de même !
-         C'est mieux comme ça ! Lui répondit-il étrangement énervé.
-         Mais... T'as vu ses bras ?!!!
Mes bras ?? Qu'est-ce qu'ils ont mes bras ?
-         Mais sinon nous n'aurions pas mis ses proches en alerte ! Ni les flics !
-         La police ??
-         Ce sont que des incapables de toute manière ! Ce n'est pas aujourd'hui qu'ils vont savoir qu'on existe !!
-         Mais quand même !!
-         Puis elle a rien sentis, elle s'était évanouie, lui répliqua-t-il.
-         Au moins son copain se rendra à l'évidence ! Il va crever lui aussi !
Mais de quoi il parle ? Mon copain ? Je me suis littéralement évanouis ça c'est clair mais... ! Attends ! Ils m'ont entaillé les bras !!
 
 
Pdv Rosalya
 
J'étais assise sur ma chaise de bureau à regarder par la fenêtre, je n'avais jamais remarqué que le temps puisse passer si lentement, ou en tout cas pas de cette manière. Le jour laissait place à la nuit, et la nuit s'estompait pour le jour. Le soleil tapant à travers les vitres de la fenêtre, qui elles faisaient refléter mon reflet : j'avais des cernes, mes yeux bleus avaient comme perdus de leurs éclats, et mes cheveux étaient mal coiffés. Je me rappelais sans cesse de cette journée, où Mel a disparu, j'étais bien sûr heureuse et trop égoïste pour voir autre chose que ma petite personne. Mais Mel avait besoin d'aide et, moi,  je n'étais pas là, j'étais bien trop occupée à ce foutu rendez-vous. J'aurais dus tenir compte de l'inquiétude de Castiel : « il avait l'air stressé ». Evidemment qu'il avait l'air stressé, Mélanie avait disparu, pourtant je me demandais sans cesse pourquoi il n'a rien fait et comment il l'a sut... Alors j'essayais tant bien que mal de mener ma petite enquête sur ce sujet, mais je n'arrivais pas à sortir de ma chambre, j'avais raté une journée de cours... Et pourtant ça n'avait rien changé, évidemment, pourquoi ce serai le contraire ? Ma s½ur, ou ma s½ur adoptive a complètement disparu depuis hier soir...
 
Flash back :
Mardi 11 septembre 2012,
19 h,
 
J'étais devant le cinéma avec Lysandre, on choisissait le film a regardé, au final on a tranché sur un film de SF avec un peu d'action...
Cette journée s'annonçait tellement bien, je ne m'en soucier pas le moins du monde. J'en avais complètement ras-le-bol d'entendre tout le monde parler de Mélanie, et encore Mélanie. J'étais heureuse dans la salle de cinéma avec Lysandre... Je pouvais enfin être seule avec lui le temps d'un film en étant sûre que personne ne nous dérangerait. Il me chuchota des phrases dans l'oreille qui me faisait rire. Avec lui je riais tout le temps, il me mettait en éveil. Je ne pus m'empêcher de le regarder pendant tout le film...
Il était si beau, si différent de son frère et de tous les autres mecs que j'ai pu rencontrer. Il était si parfait, si élégant et si gentil. Mon c½ur manqua plusieurs battements quand il croisa mon regard au milieu du film. On resta quelques secondes à se fixer comme ça.
Puis il s'approcha de plus en plus. J'étais à bout de souffle quand il caressa ma joue. Mais il se reprit vite, se redressa et reporta son attention sur l'écran.
Pourquoi il fait ça au juste ? Il a peur de quoi ? Que je ne ressente pas la même chose que lui ?
Le film était tellement ennuyant après ça... Je n'y comprenais rien vu que je n'ai RIEN SUIVIS...
J'avais tellement hâte qu'il se termine ! Mon c½ur battait si fort en SA présence, pourtant je me sentais délaissée et abandonnée à mon sort. Je savais très bien qu'il ressentait la même chose que moi. Alors pourquoi ne voulait-il pas le montrer ?
Ça m'énerve tout ça ! Tous ces mensonges ! Toutes ces messes basses ! Tous ces secrets !... Je veux pouvoir vivre une vie normale dans un monde sans rien. Pourquoi est-ce qu'il faut toujours vivre dans la peur du lendemain ? Pourquoi ma soi-disant mère est morte ? Maintenant je comprends pourquoi elle ne voulait pas de moi ! Je n'étais même pas d'elle...
*
Quand le film fut enfin terminé, Lysandre me prit la main pour sortir à l'air frais. Il ne l'avait pas lâché avant que tout le monde ne soit plus visible de nos quatre yeux. Il était 21 heures passé et on était toujours debout main dans la main à se regarder ça en devenait presque lassant mais pas pour moi, je pourrai le regarder pendant des heures durant.
Il approcha soudain son visage du mien. Mon c½ur fit un salto dans ma poitrine et mes pensées affluaient au rythme d'un train en action. Puis il déposa un baiser sur ma joue rosie et partit.
C'est tout ? Que ça ?
*
Une pointe d'amertume s'empara de moi en repensant à ce passage une fois rentrée à la maison. J'avais tellement honte de ma réaction ! Je voulais qu'il recommence à m'embrasser... Même si ce n'est pas ce que j'avais espéré de lui... Je déposais mes chaussures sur l'étagère, me dévêtit de mon blouson que je hissais de mes doigts fins sur le porte-manteau. J'étais dans le noir complet à présent. Même la lumière du ciel m'avait abandonnée. Je n'entendais rien qu'une brise de vent à l'étage, je me précipitais vers cet appel. Il venait de la chambre de Mélanie.
-         Mel ? L'appelai-je.
Il n'y avait eu aucune réponse... Je pensais donc qu'elle devait dormir mais vu la bonne chieuse que j'étais, je voulais la réveiller pour qu'elle ferme sa fenêtre. J'ouvris donc la porte m'attendant à la trouver là.
Mais personne ne logeait dans son lit... J'inspectais la pièce de mon regard surpris mais rien à faire, ici, il n'y avait personne... 
Mel ne serait jamais sortis en laissant sa fenêtre ouverte... ! Je m'approchais de la fenêtre.... Le rideau voletait à flot.
Je regardais en face mais personne ne se trouvait non plus dans la chambre de Castiel...
Mon c½ur sursauta !
-         Mel !
Ma voix résonnait à l'intérieur de mon être.
Je dévalais les marches d'escaliers avant d'allumer chaque lumières qui se trouvaient au rez-de-chaussée. Mais personne n'était ici...
Mon c½ur venait à peine de reprendre son allure normale et mon souffle de revenir que mon pied marcha sur un morceau de verre. Je le regardais stupéfaite ! Il venait du cadre de Mélanie et sa mère.  Je le pris et le remis à sa place habituelle. C'est là qu'en me retournant j'aperçus le portale de Mélanie étalait par terre ainsi que du sang.
Ce qui veut dire que...
Mel n'est pas sorti de son plein grès !
 
Fin flash-back.
 
La porte de sa chambre était blindée de banderole jaune et noir. Je les arrachais avec une telle rage que j'en laissais échapper un cri. Je me repris tant bien que mal et mis tout mon courage en moi pour tourner la poignée.
Je fermais cette fenêtre restait trop longtemps ouverte à mon goût.
Je pouvais voir Castiel en train de m'observer attentivement sur son lit. C'est clair lui non plus n'avait pas dormi ! Ses cheveux bruns étaient en bataille. Ses yeux azur étaient vides, sans émotions, sans vie. Il devait être totalement exténué, comme moi, comme nous tous... Il avait massacré sa chambre, tout était brisé et en grand bordel. Remarques ici c'était pareil mais c'était un bordel des plus normales, ni retourné ni saccagé.
Je me retournais ensuite... Comment n'avais-je pas remarqué les écritures sur la porte fait de sang : « Si vous essayez de la retrouver, vous mourrez ! ». Quel Charabia ! J'ai juste envie de vomir rien qu'en y voyant. J'allais chercher une éponge et tous le nécessaire pour effacer cette saloperie.
Je me mis à frotter, frotter et encore frotter...
 
Flash-back :
9 avril 2002
 
Je regardais par la vitre de la voiture le paysage changer tout en pensant que jamais, non jamais, maman ne m'appréciera vraiment... Elle était toujours fourrée avec Mélanie, ma maudite s½ur ! Elle la suit comme son ombre... Au moindre geste de ma part qui pourrai lui nuire, maman et papa me punissent ou m'envoient dans ma chambre. C'est tellement injuste de leurs parts ! Ils pourraient au moins penser un peu à moi, je ne demande pas grand-chose quand même !
-         Ma petite Mel, appela maman d'une voix douce, un rendez-vous chez le coiffeur demain ça te dis ?
-         Oh, oui maman ! Comme ça mes cheveux seront plus courts, lui répondit Mélanie soudain heureuse.
-         Super !
Puis elle me regarda enfin, le seul geste qu'elle m'accorda de toute la journée...
-         Tu veux venir aussi Rosalya ?
-         Non maman, tu te souviens j'ai mon spectacle de danse...
-         Ah, oui c'est vrai... Une prochaine fois alors, me dit-elle le sourire aux lèvres.
Oui une prochaine fois...
Maman était comme d'habitude ce jour-là ! Avec sa frange qui lui tombait sur les yeux. Ses cheveux bruns et son regard qui reflétaient sa bonne humeur ! 

 
 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

Mais tout ça me mettait de mauvaise humeur car je savais pertinemment que ça ne mettaient pas adressée...
 
Fin flash-back.
 
Mais je ne suis jamais allée chez le coiffeur avec elle car elle est morte le jour où elle y était avec Mélanie...
J'observais soudainement le plafond blanc qui n'avait pourtant aucune trace. Je ne pouvais rien faire d'autre sinon je pensais directement à Méli...
Je ne sais pas où tu es mais je vais le découvrir ! Ne t'inquiète pas... On viendra te chercher quoiqu'il arrive.
Je me remis sur pied complètement plongée dans mes pensées. Et je criais d'effroi en apercevant Debrah près de la fenêtre. Elle avait un sourire aux lèvres malicieux.
-         Bah alors ? On n'est pas censé être « amies » ?
-         Si, si... Je ne m'attendais pas à te voir c'est tout, balbutiai-je comme une conne.
-         Je voulais juste te réconforter de la disparition de ta s½ur, me dit-elle les yeux pétillant.
Je l'examinais soudain surprise...
-         Qu'est-ce que t'as fait à tes cheveux ? Lui demandai-je interloquée.
-         Ah, ça ! Me répondit-elle en les regardant et en les touchant, j'ai fait une décoloration.
Elle m'observa attentivement chagrinée....
-         Tu n'attireras jamais un garçon avec cette tête ! S'emporta-t-elle désespérée. 
Mes yeux s'ouvrirent comme des billes... Je venais quand même de perdre ma s½ur ! Ou ma s½ur adoptive du moins. Mais c'était quand même grave...
Elle s'approcha de moi, et continua en m'arrangeant mes cheveux.
-         Du moins pas celui que tu veux... 
Elle s'approcha de plus en plus près...
-         Mais pour moi tu es toujours la même, me murmura-t-elle.
J'étais complètement abasourdi et me laissa faire. J'en avais tellement marre de tout... J'avais juste besoin de réconfort, juste d'un petit signe qui me montre que tout n'est pas perdu...
 
 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

 
Une fois qu'elle eut fini de m'embrasser, elle partit par la fenêtre en me faisant un clin d'½il.
 
21 octobre 2012
 
Avec Nina on alla dans une boîte de nuit, on y allait tout le temps ces temps-ci. L'air frais du soir me permettait de penser à autre chose, à moins que ce soit l'alcool.  En tout cas j'étais sûre d'une chose : on va la retrouver ! Papa n'allait pas bien non plus, tout ceci lui avait fait surgir des cauchemars enfuient au plus profond de lui... A croire que leur famille est maudite !
Ma discussion avec Nina ne dura pas bien longtemps car elle prit Dake à draguer une blondasse. Elle me laissa tomber et s'emporta littéralement :
-         Dake !!
Elle arracha les cheveux de la fille, et la mit au sol. La blondasse se barra en courant, par la suite. Puis elle reporta son attention sur son petit-ami qui ne l'était plus il y  a de cela deux semaines...
-         Tu me saoules à toujours embrasser la première fille que tu trouves ! Tu ne peux pas arrêter deux minutes ?! Saches qu'entre toi et...
J'en avais marre moi aussi de l'entendre brailler comme un canard ! Elle faisait ça tous les jours...
Je vis une ombre passer dans mon champ de vision comme un éclair, puis quelqu'un me tira en arrière. Je voulus crier mais ce que je voyais me fut perdre toute parole.
Elle était là !
Non ce n'est pas possible ! Tu hallucines ou tu rêves mais elle ne peut pas être devant toi...
-         Salut Rosa, dit-elle avec le sourire.
 
M.E.M.A.M.E. - Chapitre 5  « Prisonnière pour combien de temps ? »

 
Pourtant c'était bien elle, en chair et en os ! C'était Mélanie !
 
 
A suivre...


Tags : M.E.M.A.M.E. - Mélanie - Rosalya - Noelia - Marvin - Lysandre - Debrah - Castiel

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.146.214.8) if someone makes a complaint.

Report abuse